Collège Lycée Montaigne Paris Ministère éducation nationale
      • Le 27/12/2014
      • ECHOS DE LA RENCONTRE AVEC MARC LAINE (metteur en scène de Spleenorama, théâtre de la Bastille)

          •  

            Ce que je retiens de cette rencontre ? L’idée que créer, c'est un travail d archéologie : on entrevoit une ville qui aussitôt est ensevelie sous la poussière et le seul moyen de la retrouver, c’est de soulever la poussière petit à petit. C’est ça, créer. Pour Marc Lainé, Spleenorama c était « bizarre mais bien »... Pour moi aussi ! (Oriane)

             

             J'ai apprécié sa présence et sa manière de nous parler : je l'ai senti proche de nous et je ne m'attendais pas à ce qu'un metteur en scène soit aussi accessible. Son parcours est assez atypique ainsi que sa manière de travailler : la musique a une place importante dans ses spectacles et il choisit un lieu avant de commencer l’écriture de sa pièce. Je garde en mémoire cette belle image : « un fantôme, c’est une bouffée de nostalgie ». (Jenny)

            Voir où son parcours l'a mené et se mettre dans la tête d'un metteur en scène pendant quelques minutes était vraiment intéressant. On avait l'impression de parler à un amateur de théâtre qui se posait des questions, comme nous, c'était surprenant. (Damon)

             

            Cette rencontre était riche : ce qui m’a intéressé, c’est d’apprendre que Marc Lainé est parti de la musique et de la scénographie pour construire la pièce. (Marie)


            J'ai été sensible à la question du bilan que le metteur en scène fait à l'aube de la quarantaine. J'ai aussi été intéressée par son positionnement dans le paysage théâtral contemporain et celui des spectacles qu'il conçoit, qu'il veut à contre-courant, ni dans l'exacerbation et la saturation, ni dans le statisme et le minimalisme. Vouloir se situer dans un entre-deux subtil, ne pas se radicaliser, poursuivre un chemin nourri de l'affection qu'il voue à la culture populaire véhiculée par la BD, la musique folk et rock américaine, les superhéros (!), et nourri de son parcours de plasticien, c'est fabriquer un théâtre qui est à la fois contemporain en tant qu'ancré dans une époque, et intimiste, en relation avec son expérience personnelle. A travers son spectacle, il se raconte et partage l'univers qu'il s'est fabriqué, il nous renvoie la question de nos propres ancrages et de nos affinités. (Lucie)

            Lors de la visite de Marc Lainé, l'image du lac gelé et la thématique de l'échec pour laquelle le metteur en scène a dit son intérêt, se sont téléscopées, ce qui m'a fait me souvenir, un peu plus tard, des vers de Mallarmé : "Ce lac dur oublié que hante sous le givre, / Le transparent glacier des vols qui n'ont pas fui" (« Le vierge, le vivace et le bel aujourd'hui ») (Lucie)



             

          • P1210973.JPG