Collège Lycée Montaigne Paris Ministère éducation nationale
      • Le 01/02/2017
      • ENERGIES EXPLOSIVES : Hôtel Feydeau (G. Feydeau/G. Lavaudant)

          • C’est une mise en scène originale, osée et drôle du début à la fin : je l’ai adorée (Sarah)

            UN HOTEL POUR LES PIECES DE FEYDEAU

            Plusieurs pièces en un acte de Feydeau sont rassemblées dans ce spectacle : elles alternent les unes avec les autres, apparaissent par extraits, ce qui permet de faire sentir des liens ou des thèmes communs : la rancœur des domestiques, les argumentations folles des épouses, les enfants chéris, les ambitions des maris, etc. Il s’agit de scènes de vie de couples de la petite ou moyenne bourgeoisie : essentiellement des scènes de dispute qui sont poussées si loin qu’elles en deviennent folles. Ces pièces annoncent d’une certaine manière le théâtre de l’absurde qui naîtra plusieurs décennies plus tard, dans les années 1950 (Sarah, Camille)

            Entre les scènes, un élément nous rappelle que nous sommes dans un hôtel : un groom fait irruption sur scène, appelle certains clients par leur nom en faisant tinter une petite cloche, et frappe aux portes.  (Sarah)

            Pendant les transitions entre les différentes pièces, l’inscription « Hôtel Feydeau » apparaît sur le mur de fond de scène, comme si chaque scène était en fait un aperçu de la vie d’un couple qui occuperait l’une des chambres de cet hôtel. A cour et à Jardin, se trouvent des portes menant manifestement à des couloirs de l’hôtel : deux portes sur le côté et une ouverture centrale. Cela renforce encore plus l'idée d'une maison, d'un hôtel.  (Camille)

            Les  temps de transitions entre les différentes pièces qui composent Hôtel Feydeau sont très dynamiques : la lumière change de couleur, on entend une musique des années 30, les comédiens dansent, on a le sentiment d’assister à un spectacle de music-hall très léger. Cela souligne le fait que toutes les actions qui nous sont présentées sont liées aux apparences : il faut faire bonne figure en public, même si on se relâche en privé (Laurent, Camille).

            De nombreuses chaises de couleurs différentes et gaies sont disposées sur scène. Comme dans un hôtel, elles sont là mais ne servent pas beaucoup aux personnages : seules certaines sont utilisées. (Rose)

            A la fin du spectacle, tous les personnages se trouvent réunis sur le plateau : les couples que nous avons observés sont rassemblés pour un finale complètement fou, où tout le monde s’agite, s’affole, est pris de panique, mais où des confettis apportent une forme de légèreté. La dernière réplique fait étrangement écho à notre époque : « Ma carrière politique est foutue ! » (Laurent)

             

             

             

            MAITRES ET VALETS

            La pièce s’ouvre sur le conflit qui oppose les maîtres et les valets. On voit uniquement des domestiques de l’hôtel sur scène et l’un d’eux est énervé. Il tend un doigt accusateur vers une porte derrière laquelle se trouve sa maîtresse. Il prépare une révolution… grotesque, puisqu’elle consiste à cracher dans le potage des maîtres (Sarah)

             

            DANS L’ENFER CONJUGAL

            On a le sentiment d’observer les différentes étapes de la vie d’un couple, qui sont toutes horribles : la jalousie du mari pour sa femme (Mais n’te promène donc pas toute nue), l’usure du couple (Feu la mère de Madame), l’humeur insupportable d’une femme enceinte et sa tyrannie (Léonie est en avance), les disputes qu’entraîne la présence d’un enfant dans un couple (On purge bébé). (Léah)

            Les couples ont tous des problèmes. Ils passent leur temps à se faire des reproches en criant : le calme ne peut jamais s’installer durablement, systématiquement, une agitation s’installe et augmente de manière très rapide, dans une sorte de course folle, pour des problèmes complètement ridicules (Sarah)

            La pièce, par son montage d’extraits, montre bien les relations de pouvoir qui déchirent les couples. Et on voit que, dans la sphère intime, ce sont les femmes qui ont le pouvoir : elles ne sont pas forcément écoutées au début mais elles parviennent toujours à leurs fins : dans On purge bébé, l’épouse veut que tout le monde se préoccupe des problèmes d’intestin de son fils et veut faire boire la purge à Monsieur Chouilloux (ce qu’il finit par faire !), dans Léonie est en avance l’épouse veut que son mari porte le pot de son fils comme couvre-chef… et il finit par le faire. (Paul)

            Les scènes de vie intime sont toutes plus grotesques les unes que les autres : on voit un couple sauter en rythme, les deux époux collés l’un contre l’autre, poussant des gémissements. La scène est grotesque, elle a une dimension érotique en raison des gémissements, on dirait un jeu ridicule. On comprend finalement que le mari aide sa femme qui a des contractions car elle est enceinte. L’homme est tourné en ridicule : il a un costume sérieux et doit tenir sa femme et sauter avec elle. Tout au long de la scène, l’épouse et la belle-mère lui reprochent de ne pas souffrir davantage (Rose).

            On voit un mari rentrer chez lui le soir habillé en Louis XIV.

            Les personnages ne s’écoutent pas, ils restent fixés sur leur obsession et ne font pas attention aux remarques de l’autre, ou ne l’écoutent que pour le contredire. On a le sentiment d’assister à un dialogue de sourd. (Paul)

             

            LE CORPS DANS TOUS SES ETATS

            Les épouses se promènent en robe de chambre, en chemise transparente. Une femme enceinte est encombrée d’un énorme ventre, une épouse se fait piquer la fesse par une guêpe, une autre s’évanouit…

            La mise en scène souligne les allusions sexuelles par le jeu des comédiens : Madame Ventroux place son postérieur sous le nez de son mari en lui déclarant : « suce-moi, voyons, suce-moi ». Cela pourrait être choquant mais c’est très drôle. (Laurent)

             

            En quoi cette mise en scène met-elle en valeur les rapports de domination entre les personnages ?

            Quelle image des rapports de pouvoir donne cette mise en scène ?

            En quoi la mise en scène d'Hôtel Feydeau associe-t-elle légèreté et noirceur ?

            En quoi la mise en scène souligne-t-elle l'importance du corps dans les textes de Feydeau?

            Quelle image des rapports de couple propose cette mise en scène ?

          • hotel feydeau.jpg