Collège Lycée Montaigne Paris Ministère éducation nationale
      • Le 09/12/2013
      • LE TAS DE CHARBON : Vers Wanda (Marie Rémond - Théâtre de la Colline)

          • par Sophie VACANT

            Voyager "Vers Wanda"

            Nous sommes allés voir Vers Wanda le 5 octobre au théâtre de la Colline. Cette pièce mise en scène par Marie Rémond est inspirée de Wanda, un film réalisé et interprété par Barbara Loden en 1970 dans lequel une femme, Wanda, abandonne sa famille et s’attache à un bandit qui l’entraîne dans un funeste braquage. La pièce présente ce film, suivant le parcours d’une femme à la soumission excessive, en utilisant beaucoup d’humour. La scénographie de cette pièce était à la fois simple et très marquante.

            Du tas de charbon…

             

            Le premier élément frappant de la scénographie est l'énorme tas de pierres noires côté jardin. Il fait penser à un tas de charbon comme dans les mines et évoque par sa forme le nom du théâtre: Théâtre de la Colline. Cette masse sombre et imposante est énigmatique, inquiétante... Lorsque les comédiens vont dessus, leur démarche est mal assurée, hésitante, Wanda a beaucoup de difficultés à y évoluer avec ses talons, son compagnon s'écroule littéralement en essayant d'en descendre, ils s'enfoncent dans ce tas de cailloux à chaque pas. L'amas de charbon devient ici un piège, un obstacle. Il marque également le début de la pièce, comme un signal lorsque quelques pierres noires tombent dessus du plafond. Cela m'a rappelé une métaphore de Beckett dans Fin de partie "les grains s'ajoutent aux grains, un à un, et un jour, c'est un tas, un petit tas, l'impossible tas.". On peut interpréter sa présence de différentes façons, elle m'évoque le temps qui passe, l'accumulation de problèmes prenant de plus en plus de place et qui collent parfaitement avec cette masse noire. Cette petite chute de charbon est répétée encore une ou deux fois dans la pièce, comme pour signaler un événement important, marquer un changement d'acte ou de scène.

            … à la porte défoncée à coups de hache

            Une scène m'a particulièrement marquée, avec la porte noire côté cour qui donne sur les coulisses. Barbara vient de découvrir la trahison de son mari: elle ne jouera pas dans son film. On entend un hurlement de rage, des coups qui proviennent des coulisses, et tout à coup, un marteau transperce le bois. Barbara, furieuse, défonce la porte. Il y a à la fin un énorme trou dedans et des débris de bois éparpillés tout autour. Cette scène m'a immédiatement fait penser au film Shinning, lorsque le père devenu fou essaie de tuer sa femme enfermée dans la salle de bains et qu'il défonce la porte à coups de hache. Cela contraste beaucoup avec l'attitude toujours calme et pacifique qu'a ce personnage dans la pièce; cet accès de rage déchaîné sur la porte en est presque comique, et surtout, il surprend.

            Pour (re)découvrir Wanda :

            Cette pièce est à la fois très drôle et donne à réfléchir. Elle nous fait découvrir sous la forme d'une pièce-reportage le film Wanda, sa réalisatrice Barbara Loden, et montre leurs points communs malgré leur apparente opposition en créant un parallèle entre les deux femmes et leur différentes histoires tout au long de la pièce. C'est une pièce que j'ai beaucoup aimée et qui donne envie de regarder, et donc de découvrir une deuxième fois le film Wanda.

          • wanda.jpg