Collège Lycée Montaigne Paris Ministère éducation nationale
      • Le 03/10/2015
      • TOUTE LA VIE SUR UN PLATEAU : Celui qui tombe (Yoann Bourgeois - le Monfort)

          • Yoann BOURGEOIS : CELUI QUI TOMBE

             

            Mariam : J’ai vu une plate-forme en l'air comme une sorte de vaisseau spatial ou de soucoupe volante.

            Hind : J'ai vu une femme se retrouver seule au milieu du plateau, elle ne savait pas quelle personne elle devait rejoindre, elle semblait perdue.

            Elior : J'ai vu le plateau tourner vite et chaque femme s'accrocher au cou d'un homme. Les couples semblaient légers et amoureux.

            Marie : J'ai vu des lumières violettes clignoter et éclairer le plateau surélevé, comme dans une soirée en boîte de nuit.

            Antoine : J'ai vu une balançoire gigantesque. Les hommes et les femmes l'évitaient comme dans un jeu dangereux.

            Sonia : J'ai vu le plateau accélérer sa rotation comme une toupie géante.

            Sam et Max : La lumière s'est allumée, un homme arrivait en marchant lourdement pour mettre des crochets : je me suis demandé quel était son rôle. On avait l’impression de voir l’envers du décor.

            Joséphine : Le plateau est devenu un disque géant qui faisait entendre My Way.. Lorsque le plateau s'arrête, la chanson s'arrête. Lorsque le disque est rayé, les personnages retombent comme des mécaniques cassées.

            Agathe : J'ai vu 6 personnes essayer d'escalader le plateau vertical comme s'ils escaladaient une montagne.

            Noé : J'ai vu un homme suspendu tout en haut du plateau vertical, comme si une catastrophe naturelle l'avait isolé des autres.

            Inés : J'ai vu des hommes s'accrocher à la plate-forme située en hauteur, comme si la plate-forme était leur dernier refuge.

            Max : J'ai entendu les craquements et les grincements de la plate-forme lorsqu'elle était suspendue, comme les bruits d'un voilier.

            Tristan : J'ai entendu les acteurs chanter un opéra comme s'ils appelaient à l'aide.

            Joshua : J'ai vu six personnes se pencher pour trouver l'équilibre sur la plate-forme tournante, comme s'ils luttaient contre une force, comme s'ils luttaient pour vivre.

            Max : Les acteurs sont allés voir les coins de la plate-forme comme s'ils exploraient ou découvraient un nouveau milieu.

            Aurélien et Joseph : J'ai vu les acteurs suspendus à la plate-forme par les mains et tomber un à un. C'est à chaque fois celui qui semblait le plus à l'aise qui tombait comme si le plus fort était aussi le plus fragile. Il ne faut pas se fier aux apparences.

            Ethan : Ils tombent les uns après les autres comme s'ils mouraient progressivement.

            Victoire : J'ai vu un homme attacher des câbles à la plate-forme alors que les comédiens étaient immobiles comme des statues, des mannequins, ou des poupées dans un magasin.

            Nabil : J'ai vu trois couples aux extrémités de la plate-forme : un homme et une femme, deux hommes, deux femmes, qui se séduisaient mutuellement.

            Thelma : J'ai vu les acteurs descendre lentement de la plate-forme comme s'ils avaient peur de l'extérieur.

            Gabrielle, Xiuheng, Joseph : Les comédiens courent et se dépassent comme dans une course, un marathon. Certains tombent. C’est un peu comme dans la vie, une image de la vie et de ses aléas.

             

            Tous : C'est un spectacle sur la mort, sur les différentes étapes de la vie, les obstacles qu'on peut traverser, les réactions des gens face au danger : parfois c'est chacun pour soi, parfois c'est au contraire la solidarité qui domine.

          • PHOTO CeluiQuiTombe 1770  GeraldineAresteanu spectacle.jpg