Collège Lycée Montaigne Paris Ministère éducation nationale
      • Le 12/10/2016
      • UN MONDE BOULEVERSE : DOM JUAN (Molière/Sivadier/théâtre de l'Odéon)

          • DOM JUAN de Molière – Mise en scène Jean-François SIVADIER (Odéon, 2016)

             

            UN CIEL EN DESORDRE

            Sur scène, des morceaux de fils pendent, on voit des draps qui pendent : on avait l'impression de voir l'envers du décor, ou que le décor n'était pas achevé. (Lola)

            On voit des planches sur le sol, dispersées, déplacées, tout cela donne l'impression d'un chantier, d’un monde en désordre (Garance)

            Des sphères sont suspendues en l'air : c'est une manière d'évoquer le Ciel. Est-ce le ciel divin ou le ciel des astronomes ? (Mariam)

            Toutes ces sphères planaient au dessus du sol, comme pour représenter le cosmos : cela invite à une réflexion métaphysique, mais cela rappelle aussi les représentations scientifiques de l'univers, c'est une sorte de planétarium. Cela invite à une réflexion sur l 'infini, mais au sens scientifique.  (Marine)

            Cela représente peut-être aussi la pensée de Don Juan : c'est un humaniste, il place l'homme au centre du monde (Joseph)

            Cela ressemble à des  planètes, lumineuses, qui nous éclairent, comme nous éclairerait le savoir. Ces nombreuses planètes font écho au discours de Don Juan sur l'infidélité où il explique qu'il aimerait que d'autres mondes existent pour y étendre ses conquêtes (Apolline)

             

            COMPTE A REBOURS

            Un écran lumineux est accroché où s'affichent des chiffres : cela commence à 68 et décroit. Au départ, on ne comprend pas pourquoi ce chiffre décroit, puis on remarque que cela diminue à chaque fois que le mot « Ciel » est prononcé. On remarque à quel point le mot est présent dans la pièce, à quel point le Ciel est invoqué sans cesse. (Mathilde)

            C'est une sorte de décompte, de compte à rebours, jusqu'à la mort. C'est une manière d'installer une menace, de souligner le tragique : à la fin du décompte, Don Juan va mourir (Emilia)

             

            DON JUAN

            L'entrée de Don Juan est très comique : il entre par la salle, s'adresse au public, en particulier à une femme, à qui il demande son prénom, et d'où elle vient («Véronique, de Paris »). Il tombe manifestement amoureux, lui offre des fleurs. Ensuite, il parle à une autre femme (« Anne, de Paris »), et reprend son bouquet pour le partager entre les deux : on voit immédiatement, comme en un accéléré comique et grotesque, quel séducteur est Don Juan (Dong Nghi, Avner)

            Au début, Don Juan porte un T-shirt blanc et une veste noire. Il est vêtu de manière contemporaine, il passe inaperçu dans le public. C'est une manière de montrer sa proximité avec nous : Don Juan, cela pourrait être n'importe qui aujourd'hui (Ursula, Joseph). C'est aussi une manière de montrer l'intemporalité du mythe de Don Juan qui traverse les époques (Lucie)

            A un moment, Don Juan chante « Sexual healing ». C'est surprenant et drôle. Cela souligne sa frivolité, sa sensualité, de manière humoristique (pour l'anecdote, Marvin Gaye, l'interprète de cette chanson, a été tué par son père, qui était pasteur) (Marine)

             

            ELVIRE

            Elvire, lors de sa première apparition, portait une veste noire et une robe orange, courte, surtout, elle porte une coiffe d'apache : c'est étrange, on ne comprend pas vraiment pourquoi au départ. Peut-être est-ce une manière de montrer qu'elle a une tenue inappropriée (une tenue de nonne dans la pièce). Peut-être cela montre-t-il sa colère ? (Camille, Marine, Jeanne)

            Elvire poursuit Don Juan à son arrivée, et pendant la scène, de manière violente. On sent le dépit de la femme offensée, et sa combativité (Joseph)

             

            ASCENSION FINALE

            A la fin, Don Juan meurt. Il est-recouvert par un drap qui est élevé dans le ciel, puis le drap s’ouvre et on voit que Don Juan a disparu, il s’est comme volatilisé. On s'attendait à ce qu'il tombe dans un gouffre infernal, ici, il est élevé au ciel : est-ce pour permettre une confrontation avec Dieu ? (Vassilis) Est-ce une manière de souligner son élévation, son accès au savoir infini ? (Marine) Peut-être est-ce une manière de rendre sa fin énigmatique ? Il disparaît, et nous ne savons pas ce qu'il devient.

          • dom juAN 2.jpg