Collège Lycée Montaigne Paris Ministère éducation nationale
      • Le 18/10/2017
      • UNE GENESE : LE BRUIT DES ARBRES QUI TOMBENT (N. Béasse)

          •  

            AU COMMENCEMENT ETAIT LA BACHE

            Au début du spectacle, on voit quatre personnes arriver sur scène : trois hommes et une femme. Ils tirent et relâchent une corde pour faire bouger une bâche noire qui recouvre tout le plateau. C’est comme s’il y avait du vent qui s’engouffrait en elle. Cela se faisait dans le silence, mais on entendait parfois le frottement de la bâche. On avait l’impression de voir des vagues noires, de les entendre. On avait le sentiment d’une scène nocturne, de vent dans les arbres (Charlotte)

            C’était très agréable, envoûtant, hypnotique : à la fin on ne regardait plus les comédiens, on était comme hypnotisés. Nous qui étions au premier rang, la bâche nous a touchés. C’est un début très visuel, et en même temps auditif, et tactile : on sentait le vent, c’est un prologue qui nous plonge dans une ambiance, un climat particulier, à travers une image abstraite qui fait naître beaucoup de visions (Eugénie) Cela installe une attention soutenue.

            C’était une ouverture apaisante. Le spectacle commence par une sorte de vide : presque aucune lumière, une bâche, du mouvement, aucune parole. Par la suite, on voit arriver sur le plateau de l’eau, puis de la terre, puis du vert, comme si, à partir de ce vide et ce noir initial, surgissait toute la création. C’est une sorte de genèse du monde (Armelle)

            ENTREE EN SCENE DES CORPS

            Puis les comédiens ont commencé à danser. Ils faisaient des pas simples, répétitifs, de plus en plus vite, on les entendait respirer de plus en plus fort, à la fin ils s’en allaient les uns après les autres, épuisés. (Armelle) Ces mouvements lents puis de plus en plus rapides dans la danse finissaient par ressembler à un sport de combat. (Charlotte)

            Ils tournaient, allaient sur les côtés, c’était aussi une manière de se présenter. On les découvrait physiquement, en mouvement. A la fin on voit leur corps dénudé. Ils attirent notre attention. (Eugénie).

            A un moment, quatre bûches tombent du ciel. Cela provoque un grand bruit et un vrai choc, une forte surprise pour le public. C’est l’apparition d’un élément naturel, le bois. Cela fait écho au titre : le bruit des arbres qui tombent. Ces bûches étaient là, sans explication. Les comédiens les prennent, ils les placent entre leurs jambes, comme d’énormes sexes, et ils miment un acte sexuel grotesque, ou des combats. On voit des enfants jouer entre eux, se défier, se mesurer les uns aux autres. (Armelle)

            ENFANCE ET VIEILLESSE

            A un moment la fille est avec le jeune homme. Il est habillé et on sent qu’il tombe. A chaque fois, elle le rattrape. Tous les pas sont orchestrés en une chorégraphie lente. C’est un peu comme si l’homme qui tombait était une feuille. Elle est le vent. Elle l’habille progressivement comme un enfant. Elle lui met une perruque, et c’est un peu comme s’il changeait de personnage. A la fin, il se remet debout et se met à marcher, comme un adulte, mais aussi comme un enfant qui donne un coup de pied dans la terre. (Eugénie, Charlotte) Elle semble habiller à la fois un bébé, un enfant, et un vieillard. Cela fait écho à certains aspects du vieillissement (Armelle).

            A un moment, le plus vieux des trois hommes est sur scène. Il est dans l’obscurité. Il se déshabille et énonce l’arbre généalogique du Christ. Il énumère les noms des ascendants  du plus âgé au plus jeune, il se déshabille, il est blanc, pâle, l’eau lui coule le long du corps : est-il un homme âgé au seuil de la mort ou un nouveau né ? Il y a un contraste entre son corps blanc et le fond sombre. C’est comme un tableau (Eugénie)

            Le comédien le plus âgé a une serviette autour de la taille, une perruque, il appelle quelqu’un, c’est un peu étrange, un peu inquiétant, puis il sort de la salle, et cela devient drôle : on l’entend dans tout le théâtre. (Charlotte)

          • bruit des arbres.jpg